Accueil > Histoire > Papus 1/2

Papus (1895-1916)

papus

Il y a cent ans, quelques jours après la mort de Papus, un magazine parisien publiait ce communiqué :

« Nous venons de perdre un mage ; on s’en consolerait si ce mage n’eut été, d’autre part, un excellent homme et un médecin éminent. Ce dédoublement de la personnalité est, sans doute, le miracle le plus authentique qu’ait accompli le Dr Encausse alias Papus. » (La Vie Parisienne, octobre 1916)

Gérard Encausse, dit Papus, est né le 13 juillet 1865, en Espagne, à La Corogne, d’un père français et d’une mère espagnole. Après avoir passé sa jeunesse à Paris, il étudia la médecine. Dès le milieu des années 1880, et avant même d’avoir terminé cette formation, il se passionna pour l’ésotérisme. Il devait cet intérêt à la découverte des œuvres de Louis Lucas, chimiste, alchimiste et hermétiste. Passionné par l'occultisme, il étudia les livres d'Éliphas Lévi. Il entra bientôt en contact avec le dirigeant de la revue théosophique Le Lotus Rouge, Félix Gaboriau, et fit la connaissance d’Albert Faucheux (Barlet), un occultiste érudit. Dès 1887, Papus adhéra à la Société Théosophique, fondée quelques années auparavant par Madame Blavatsky et le Colonel Olcott.

L’initiation martiniste

On admet généralement que Papus et Augustin Chaboseau furent initiés au Martinisme par des filiations différentes. Celle de Papus venait d’Henri Delaage, tandis que celle d’Augustin Chaboseau passait par Amélie de Boisse-Mortemart. Papus indiquait en effet avoir été initié par Henri Delaage (1825-1882), alors qu’il n’était qu’un jeune homme de dix-sept ans. Quelques mois avant sa mort, nous dit Papus :

« Delaage voulut donner à un autre la graine qui lui avait été confiée et dont il ne pouvait tirer aucun fruit. Pauvre dépôt, constitué par deux lettres et quelques points, résumé de cette doctrine de l'initiation et de la trinité qui avait illuminé tous les ouvrages de Delaage. »

DellagePapus présentait Henri Delaage comme ayant été initié par Jean-Antoine Chaptal (1756-1832), son grand-père, lequel aurait été un disciple de Saint-Martin. On ignore si le célèbre chimiste, conseiller d’État, ministre du Consulat et de l’Empire fut réellement en relation avec Louis-Claude de Saint-Martin. On sait cependant qu’il avait été initié dans la franc-maçonnerie vers 1789 à la loge La Parfaite Union, à l’Orient de Montpellier.

Henri Delaage n’a jamais prétendu lui-même avoir été initié par son grand-père. D’ailleurs, au moment de la mort de ce dernier, il n’avait que sept ans. Aussi, la tradition veut qu’entre Henri Delaage et Jean-Antoine Chaptal ait existé un initiateur dont le nom ne nous est pas parvenu. Cependant, il est probable que ce fut son propre père, Clément Marie-Joseph Delaage (1785-1861). En effet, comme le montre la correspondance échangée par ce dernier avec Charles Geilles entre mars et août 1811, il connaissait assez bien la pensée de Louis-Claude de Saint-Martin pour donner à son interlocuteur des conseils de lecture à propos des ouvrages du Philosophe Inconnu.

C’est lors de sa rencontre avec Augustin Chaboseau que Papus va révéler sa qualité d’initié martiniste. En 1888, les deux hommes décident de mettre en commun l'initiation dont ils sont dépositaires et commencent à transmettre cette initiation à quelques amis. Ils posent ainsi les bases de l’Ordre Martiniste. Bien que l’Ordre n’ait encore aucune structure, le nombre d'initiés augmente rapidement.

revuePapus n'a pas encore terminé ses études et s’apprête à faire son service militaire. Ce n'est que le 7 juillet 1892 qu'il défendra avec succès sa thèse de docteur en médecine sur les analogies histologiques entre les organes. Pourtant, quelle activité ! Il a déjà fondé l'École Hermétique, organisé l'Ordre Martiniste, créé les revues L'Initiation, Le Voile d'Isis, et déjà écrit Le Traité élémentaire de sciences occultes (à 23 ans), et Le Tarot des bohémiens (à 24 ans).

Pour signer ses premiers ouvrages, il adopta le surnom de « Papus ». Ce nom  désigne le génie de la médecine,  l’un des sept génies de la première heure dans le Nuctaméron, un texte attribué à Apollonius de Tyane.

 

 

Suite 

Biographies

A lire également, bio-graphies des Maîtres du passé :

L-C. de Saint-Martin

Martinès de Pasqually

Jacob Boehme

Papus

A. Chaboseau

V-E. Michelet